Marie-Rose Dacosse vous propose le texte du mois (fondamental)

Rentrée Septembre 2018

Bonjour à tous !

Pour débuter cette nouvelle année, j’aimerais vous raconter la découverte que j’ai faite dans une petite ville de Provence où je passais mes vacances. C’était au moment de la fameuse coupe du monde de foot. L’effervescence était grande dans les lieux publics, par ailleurs peu agréables à fréquenter en tant que Belge. Les sourires narquois ne manquaient pas.

Comme tous les touristes du coin, j’avais l’habitude d’acheter notre pain à la boulangerie située sur la place.

Un matin, une personne du camping avec laquelle j’avais bien sympathisé m’a renseigné une petite boulangerie où le pain était excellent car il avait, disait-elle « saveur d’antan ».

Je m’y suis rendue…

Une petite rue, un petit magasin qui ne paie pas de mine, une porte étroite flanquée d’une rampe permettant l’accès aux personnes âgées, un comptoir tout simple, des étagères de pains dorés à souhait et… un petit monsieur tout maigre qui virevolte, parle, sourit, accueille avec chaleur.

Deux clients « anciens du pays » me précèdent. Ils discutent : « Si nous ne préservons pas la nature, elle va se déchaîner davantage. Elle est notre trésor et nous devons en prendre soin ! » Ils parlent aussi de melons trop mûrs que l’on a osé jeter, de champs mal labourés qui entraînent des coulées de boue. Ils regrettent leur vieux cantonnier qui nettoyait soigneusement les caniveaux et avait à coeur de garder la ville propre. Ils me prennent à témoin. L’un d’eux m’explique qu’il a vu grandir le boulanger, apprenant son métier auprès de son père. Son pain est bien le meilleur du pays car il le fait avec amour !

Il paie sa baguette et dit : « A demain, mon ami, que Dieu te garde toute la journée ! »

Ces paroles magnifiques me rappellent la Bonne Nouvelle dont Dominique Collin nous a parlé lors de notre journée de ressourcement. Le vieux monsieur aurait pu dire aussi au boulanger :

« Il est bon que tu existes, Dieu t’aime, permets-lui de veiller sur toi en ce jour, laisse- lui un petit espace en toi pour vivre de sa vie et accomplir ton travail le mieux possible «

Que désirer de plus pour chaque personne que nous rencontrons ?

Vous tous, enfants, parents, enseignants, directeurs, membres des P.O., personnel d’entretien, secrétaires, méditez ces paroles… Qu’elles marquent le début d’une belle année scolaire. Que chaque matin vous trouve remplis de cette vie simple, de cette joie profonde de travailler pour que chacun existe vraiment !

MR Dacosse

Vous retrouverez ce texte en PDF ci-dessous, ainsi qu'un deuxième. Ils commencent par 1809...